Juste 3 mois pour tout préparer … un défi osé

Date 04/05/2014

Écrit parIsabelle Toussaint

Quand vous signez un contrat fin juin pour commencer en septembre, cela ne vous laisse que peu de temps pour tout organiser.   De plus, à 40 ans, avec un enfant, 2 chiens, une maison et une société … la tâche est encore plus périlleuse.  Nous nous sommes donc retroussé les manches et nous sommes mis au travail.  

1ère étape : liquidation de tous nos biens en Belgique

Ne voulant pas avoir à gérer nos affaires belges depuis le Canada, nous avions décidé de tout vendre.

Nous avons commencé par la clôture de la société de mon mari … Nous avions créé cette petite SPRL, 6 ans auparavant, sans jamais nous poser la question de comment la dissoudre.  Avec l’aide de notre fiducière, nous avons appris comment faire et , après quelques semaines de travail intensif, fin septembre tout était en ordre.

Maison en Belgique

Ensuite nous avons mis notre maison en vente … pour moi, ce fut l’étape la plus difficile.  Nous y tenions beaucoup (comme de nombreux belges d’ailleurs), nous y avions investi beaucoup d’énergie.  Cela faisait à peine quelques années que les rénovations étaient terminées, je venais de terminer la peinture de la chambre de Léa, avec une jolie frise fait main …

frise

Il fallait trouver des acquéreurs qui sauraient apprécier le travail accompli et qui apprécieraient l’âme de notre maison.   Cette maison avait vu grandir notre fille, et nous voulions qu’elle voit grandir les enfants d’une autre famille.  Nous nous sommes tournés vers une agence pour nous aider et fin août nous avons signé un compromis de vente.

Sachant que nous ne pourrions pas emmener tous nos biens (meubles, vêtements, appareils électriques …), nous devions trouver un moyen rapide et efficace de les vendre.  Je me suis donc créé un blogue, et au fur et à mesure j’ai mis en vente tout ce qui ne nous suivrait pas.  Tous nos objets ont trouvé acquéreurs, et se retrouvent pour une deuxième vie chez des amis ou connaissances … Ils ont donc tous chez eux un petit quelque chose de nous.

En plus de tout cela, il a fallu aussi prévoir le côté administratif de notre départ : rassembler tous les papiers nécessaires (passeports, certificat de mariage, de naissance), clôturer notre vie en Belgique (résiliation de la commune, déclaration d’impôts anticipée,  résiliation à la mutuelle), anticiper les besoins (certificat d’étude, diplômes …).  Pas mal de temps passé au téléphone et dans les administrations pour tout rassembler.  Si vous désirez en connaître la liste, n’hésitez pas à demander .. je pense avoir un bonne expérience en la matière.

2ème étape : planifier le transport

Pour le transport de nos biens, nous avons demandé plusieurs devis auprès de déménageurs internationaux.  Il est possible d’avoir un service ultra-complet de l’emballage au déballage mais le prix sera lui aussi très complet.  Notre déménagement étant à notre charge, nous avons opté pour le transport en container uniquement … je me suis chargé de l’emballage, ce qui m’a permis de trier encore et encore mais aussi d’inventorier tous nos biens, et de savoir exactement ce qui se trouvait dans quelles boites … bien utile lors du déballage, et vu que vous payez une assurance, basée sur la valeur du contenu, c’est plus facile pour l’estimation.   Le déménageur m’a fourni les caisses, scotches et papier bulles.  Par contre, il n’est pas facile de trouver la bonne méthode pour emballer … c’est un métier tout de même.  Mais je suis fière de moi, car je n’ai eu aucune casse.  Le jour J, en moins de 4h tout était dans le container … 20 ans dans 30 m3

Il a fallu aussi trouver un transport pour nos 2 grands chiens (Berger Allemand)  … nous ne voulions pas partir sans eux, même si le coût de leur voyage s’avérerait plus dispendieux que le nôtre et que cela ne nous aiderait pas beaucoup pour trouver un logement à Québec.   C’était LA condition pour partir … et nous avons réussi.   Nous avons trouvé une compagnie aérienne, qui acceptait de les transporter en soute, dans le même avion que nous, à un prix très abordable … car un voyage en avion cargo, affrété pour le transport d’animaux coûte une fortune.   Il nous a fallu trouver des cages suffisamment spacieuses (pour respecter les règlements) mais aussi la camionnette pour emmener tout le petit monde de Courrière à Zaventem et de Montréal à Québec … 

Notre transport à nous a été plus simple.  Nous avons opté pour 2 départs différés : Sylvain partirait le premier, pour préparer le terrain au Québec et aller travailler.  Léa, mes chiens et moi le suivront un mois plus tard … afin de tout finaliser en Belgique.

3ème étape : Organiser notre arrivée à Québec

Lorsque tout est prêt du côté belge, il faut aussi préparer notre arrivée à Québec.

Avec 1 enfant, 2 chiens, on ne peut pas vraiment partir à l’aventure comme on le ferait en célibataire ou en couple.  L’appartement offert par l’employeur de mon époux ne nous convenait pas.  Nous avions besoin d’une maison avec un garage et un jardin clôturé afin que nos gros pitous puissent avoir de l’espace à eux.  Ce ne fut pas chose aisée mais nous avons fini par trouver un pied à terre au nord de Québec, Charlesbourg, à 20 minutes en bus du centre ville.   Avant même de quitter la Belgique, notre logement était réservé … 

photo-moulin-des-jesuites

Nous avons pu alors trouver une école pour notre fille, à 5 minutes de cette maison.   Léa est toujours scolariser dans cette école, bien que depuis nous avons déménagé au Lac-Beauport, à 15km de là … 

Nous avions pu ouvrir un compte en banque depuis la Belgique, transféré un peu d’argent pour commencer à vivre … et Sylvain a pu acheter notre première voiture, pour accueillir sa petite famille.

Fin septembre 2012, toute notre famille était réunie à Québec et notre nouvelle vie commençait.

Photos : Moulin des Jésuites, Charlesbourg.

A suivre  : Nos dernières semaines en Belgique, avant le grand départ.