Kayak à Québec … c’est pas plate !

Catégorie Bouger Date 02/05/2014

Écrit parFamille Potier

Comme la plupart des Québécois, j’aime faire du sport. Chaque personne durant sa vie trouve le sport qui lui plaît le plus. Mon sport préféré c’est le kayak.

Malheureusement j’ai commencé à le pratiquer trop tardivement (quand j’avais 14 ans) et je ne pourrai pas pour l’instant m’essayer dans les compétitions mais mon rêve est de devenir moniteur.

Voici mon histoire :

 Il y a quatre ans et demi (juste avant Noël) mon beau-père a eu une rupture au niveau du ligament croisé du genou en pratiquant le volley-ball. Après un an et demi d’arrêt de sport et une opération, il s’est finalement décidé à trouver une activité qui ne nécessite pas d’efforts majeurs des jambes pour reprendre. Il a eu l’idée de s’essayer  au kayak dans un club en France dans la ville de Niort, porte du parc naturel du Marais-Poitevin lieu d’une grande manifestation le Rallye-du-Marais (1000 participants). Mes deux premiers professeurs sont devenus Bruno et Sylvain et en travaillant dans les petites rivières de France j’ai acquis de solides bases (dans le style Européen !) 

En arrivant au Québec j’ai eu une mauvaise nouvelle, même si je savais que ça se passerait comme cela : « Pas de kayak jusqu’au début mai » a dit mon beau-père. Avant de pouvoir pratiquer nous même nous avons quand même découvert une activité particulière au  Québec : le canot à glace avec une course durant le carnaval de Québec

 

 

Après quelques mois d’attente on a acheté nos kayaks, pagaies, jupes et bien-sûr les casques (le reste on l’avait déjà). Après quelques recherches sur internet mon beau-père a trouvé un site québecois de kayak sur lequel il a trouvé les coordonnées d’un certain Marc Gilbert le président de la fédération de Canoë-Kayak eaux vives du Québec (FQCKEV). C’est avec lui qu’on s’entraîne depuis notre première sortie en kayak.

Petite leçon

En ce qui concerne les rivières du Québec, il y a en a plus que dans la région où j’ai vécu en France et je vous le dis sans hésitation. Les rivières sont majoritairement proches de la ville, par exemple la Saint-Charles, j’adore cette rivière. Plusieurs sections de cette rivière offrent aux kayakistes des niveaux de difficulté différents et des styles de rivières diversifiés. Par exemple la section Pont-Rouge est destinée surtout au kayakistes qui adorent surfer alors que la section Tewkesbury est assez difficile et se pratique surtout par des kayakistes fous comme moi.  

Contrairement à la France ou le kayak peut se pratiquer toute l’année, la saison à Québec est lancée par la manifestation Vagues-en-ville à la fin avril et se poursuit jusque vers la mi-octobre, jalonnée par un certain nombre de festivals comme celui de la Haute Gatineau.

 Vagues-en-ville-2013

P1020365

 

Sortie basse Batiscan 2013

 

 

Je remercie infiniment le club de kayak-canoë de la ville de Niort, je pense à vous! Vous me manquez et je ne vous oublierai jamais!

ANDRIY

PS : Faut pas oublier que c’est un club de kayak-canoë et non pas canoë-kayak. (:P)