Québec en hippomobile !

Catégorie À voir, Bouger, Style de vie à Québec Date 04/05/2016

Écrit parFamille Potier

Petit article sur les transports en commun alors que la Régie des Transports de la Capitale fête ses 150 ans !

Page_150

Au début il y avait ça

Photo 40_1865_7e train de l'histoire

et puis cela s’est modernisé

Photo 11_1930-1940_coût aller-retour

dernièrement la mise en service

AutobusHybride

et le futur …

srb-10

Premier contact avec le « métro » de Québec

Se présente à l’arrêt de « métro » un autobus articulé vert. Les portes s’ouvrent et des gens descendent, les futurs passagers attendent sagement devant la porte avant. Il n’est pas possible comme en France de monter n’importe où ! Le titre de transport se paye à l’intérieur en mettant 3,25 $ dans un entonnoir qui fait tomber les piastres avec le bruit d’une machine à sous, mais on ne gagne rien ! Impossible de régler avec des billets, le chauffeur ne rend pas la monnaie. Si vous souhaitez emprunter une correspondance lui demander un ticket pour poursuivre votre chemin sans avoir à repayer.  Ce titre papier est valable 90 minutes sur le réseau sans pouvoir reprendre le même bus (pas d’aller-retour pour faire une course dans l’heure et demi autorisée !)

La descente. Pour demander l’arrêt appuyer sur un des boutons rouges disséminés un peu partout dans le bus (sur les montants, sur les parois …). Dans certains vieux bus c’est un câble sous gaine plastique qui court le long des fenêtres ! En hiver la première fois que l’on prend un parcours il est difficile de voir où on doit descendre, les fenêtres sont sales et embuées ! Alors pour ne pas manquer votre escale, en montant dans le bus, demandez au chauffeur de vous prévenir, il le fera volontiers … ou pas ! A sa décharge accaparé par la conduite il aura peut être oublié surtout s’il y a beaucoup de monde … mais dans la très grande majorité des cas vous arriverez à bon port !! Dernière étape avant de sortir … l’ouverture de la porte. On reconnait tout de suite un étranger qui emprunte le bus pour les premières fois … il reste devant la porte et attend ! Mais ce n’est pas le chauffeur qui l’actionne. Il faut appuyer sur les poignées (mais pas les secouer pour les décrocher !) ou passer la main devant une cellule photoélectrique en dessous de la petite lumière verte qui s’allume quand la porte peut s’ouvrir !  Dans les vieux bus au plancher surélevé il faut descendre une marche pour couper le faisceau ! Dans les nouveaux bus hybrides c’est un gros bouton poussoir au milieu de la porte ! Attention ne pas trop traîner pour descendre … les portes se referment très vite ! Ma mère en a fait l’amère expérience avec une luxation de l’épaule au début de son séjour !

Ticket ou abonnement

CarteOpus

Pour connaitre les tarifs se rendre sur le site de RTC.

Esiteriophiles passez votre chemin  (c’est une question de « Quelques arpents de pièges ») ! Il n’y pas de ticket à poinçonner. C’est une carte sans contact rechargeable qui en tient lieu. Il existe de nombreuses formules du ticket unitaire (vendu par 2 !) à l’abonnement travailleur (Abonne-Bus) pour un an. Le trajet est débité lors de la présentation de la carte sur le valideur (voir photo). Au passage de la carte un petit ‘bip’ est émis et un voyant vert s’allume.  Si le titre n’est pas ‘correcte’ ce sont 2 ‘bips’ et un voyant rouge.  Pour ceux qui seraient intrigués de voir une lumière orange c’est pour le titre de transport avec une photo (étudiant ou aîné) qui doit être présenté au conducteur !  

Les lignes

IMG_6731

 Métrobus

Le tronc principal du réseau est constitué des lignes 800 (Beauport-Ste Foy) et 801 (Charlesbourg-Ste Foy) qui permettent d’acheminer les personnes de la basse ville vers la haute ville. Ensuite il y a les 802 (Beauport-Belvédère) et 803 (Beauport-Les Saules) qui circulent essentiellement en basse ville de façon transversale. En août 2016 la ligne 7 qui traverse toute la haute ville deviendra le 807 (Youville-Marly). En décembre 2016 viendra s’ajouter le 804 (Loretteville-Laurier) pour desservir le quartier nord-ouest de la basse ville.  Ce sont des autobus articulés de couleur verte à fréquence rapprochée (5 minutes en heure de pointe). 

Le Bus (1-185)

Ce sont des bus de couleur bleue qui irriguent les quartiers et assurent le service de proximité. La fréquence est au 15 minutes.

eXpress (214-584)

Ce sont des bus avec des numéros oranges qui permettent d’acheminer les travailleurs d’un quartier (basse ville) vers la haute ville de façon rapide. Il n’y a pas d’arrêt entre le quartier de départ et le terminus en haute ville, et la circulation se fait avec des couloirs (ville) ou des voies (autoroute) réservés. La fréquence est au 10 ou 20 minutes dans un créneau de 2 heures le matin et de même en sens inverse le soir.

Couche-tard (907-992)

Ce sont des bus avec un numéro noir qui circulent essentiellement les vendredi et samedi soir pour un retour après une soirée prolongée.

Navettes spéciales (410-450)

Ce sont des bus ou métrobus qui partent des Parc-O-Bus gratuits (parking du RTC proche d’un terminus Métrobus) pour acheminer les usagers sur un événement particulier comme le FEQ.    

Les horaires

nomade

A notre arrivée en 2013 des petits prospectus papier pour les horaires étaient disponibles  (par ligne) dans les points services du RTC.  Ils ont été abandonnés pour des raisons de coûts. Vous pouvez vous les procurer en les personnalisant (choix de l’arrêt) et en les imprimant à partir du site RTC. Maintenant il y a une application mobile pour tablettes ou smartphones (à télécharger sur le site du RTC). Dans les premiers temps (surtout l’hiver) il fallait se renseigner pour savoir ou descendre. Puis progressivement sont apparus des écrans dans les bus. Ils affichent les futurs arrêts et une voix annonce leur arrivée. De plus au moment de monter dans le bus, en plus du numéro et du terminus de la ligne affichés, une voix indique la direction du véhicule.  Depuis un mois dans les métrobus les écrans affichent aussi la durée de parcours en temps réel. Ce service sera étendu à toutes les lignes courant 2017. Dans le même temps les arrêts de bus sont modernisés avec des abris plus lumineux et un certain nombre sont équipés de bornes numériques pour annoncer l’arrivée des prochains bus.  

Petite digression sur les horaires. A Québec il y en a 2 comme les saisons ! L’hiver et l’été !

L’hiver, hormis les jours de tempête de neige, ils sont assez bien respectés. Les chauffeurs sont attentifs aux voyageurs et n’hésitent pas à s’arrêter même un peu après l’arrêt pour attendre un retardataire. Il faut dire que 15 minutes d’attente par -20° cela peut avoir des conséquences fâcheuses. D’ailleurs on peut remarquer que 2 minutes avant l’arrivée du bus les gens sortent de partout (ou de nulle part) alors que le reste du temps il n’y a personne à l’arrêt !!

L’été … c’est une autre histoire. Avec l’arrivée des beaux jours les fleurs apparaissent … et les travaux aussi !! Du coup les horaires sont très élastiques. Il faut surveiller son arrêt pour voir s’il n’y aurait pas un affichage barré en orange … l’affichette prévient d’un changement d’horaire voir de la suppression temporaire de l’arrêt !! Le bus est dérouté à cause des travaux et des escales provisoires sont installées. Pour combien de temps ? … comme le dit Fernand Raynaud dans son sketch : « un certain temps ! ».  Avec les congés d’été les chauffeurs changent souvent sur les lignes. Il arrive qu’ils découvrent la ligne sur une feuille et ne font pas attention aux changements signalés par des panneaux sur la route … un matin que je prenais un express qui empruntait normalement l’autoroute, le chauffeur n’a pas vu qu’elle était fermée et nous a amené vers le port (sur Henri Bourassa) !! Une autre fois il s’est perdu au retour dans mon quartier et m’a déposé devant la maison !! Encore moins drôle … régulièrement il ne stoppe pas à l’arrêt provisoire ou carrément il ne passe pas devant !! Enfin « last but not least », il se peut qu’entre le matin et le soir votre arrêt ait été supprimé … 

Avec les changements d’horaires selon le sens vous pouvez être amené à voir votre temps de parcours sensiblement rallongé. Une petite explication s’impose. Les horaires subissent de petites adaptations : 2 minutes plus tard pour une ligne et 2 minutes plus tôt pour une autre.  Cela ne parait pas grand chose mais quand c’est sur une correspondance (avec les travaux et la circulation) c’est suffisant pour être dans un bus et voir démarrer le suivant !! Et après il faut attendre 15 minutes ! Du coup vous prenez le premier bus 10 minutes avant pour être sur d’attraper la correspondance !!       

Le traversier

traversier

Afin de se rendre sur la rive sud, il est possible de prendre le bus. Il y a une ligne qui part de la vieille ville et qui va à Lévis en passant par le pont de Québec. Cela prend plus d’une heure. Mais il y a une autre solution accessible avec un ticket de bus du RTC … le traversier ! C’est une navette fluviale qui opère aux quinze minutes, aux trente minutes ou à l’heure selon la période. Elle se situe au pied du château Frontenac au bout de la rue Dalhousie et au début du boulevard Champlain.  On peut effectuer la traversée avec sa voiture (moyennant un petit supplément) avec son vélo ou à pied !  Embarquement et débarquement compris, le trajet dure 15 minutes ! Incontournable au moins une fois pour la vue !

D’ailleurs une petite anecdote sur ce fameux traversier. Quand nous sommes arrivés à Québec en janvier 2013 plutôt que de payer un supplément à la location de la voiture nous avons préféré acheter notre GPS pour 80 $ (modèle ancien sans mise à jour). Depuis 3 ans l’investissement a été amorti ! Pour mon premier entretien de travail je devais aller à Desjardins à Lévis un lundi matin. Par sécurité le dimanche nous étions allés nous promener en direction des ponts pour reconnaître le parcours mais sans utiliser le GPS. Le matin de bonne heure, en voiture avec l’appareil. J’entre ma destination et je prends la direction des ponts (grande allée …) car nous logions à l’auberge de Jeunesse rue des Ursulines. Au bout de quelques minutes la voix (avec l’accent Québécois) me susurre « faire demi-tour dès que possible ! ». Je ne fais pas attention et je continue … de plus en plus insistante « faire demi-tour … ! ». Pris dans la circulation et ayant déjà fait le chemin la veille je décide de couper le GPS en me disant : « il n’est pas à jour la carte doit être fausse ! »,  et en pensant (très fort) : « encore une ‘blonde’ pour me guider ! » . Je sais vous avez entendu le conducteur de base Français !! J’arrive à mon rendez-vous à Lévis sans encombre (ni perdu, ni en retard).  De retour à Québec, intrigués par le GPS, nous décidons avec mon épouse (ma blonde !) de refaire le chemin en suivant les indications. Nous nous retrouvons au port de Québec … au départ du traversier !!    

Bus à thèmes

IMG_7172

Parc de la chute Montmorency

IMG_7173

Parc Laurier (centre commercial) un bus pour « magasiner » ! 

IMG_7174

Croisières AML

IMG_6716

Tour de ville en impérial

IMG_6725

Réserve indienne Huron-Wendate à Wendake

Et Montréal !

Avec la carte Abonne-bus OPUS du RTC de Québec il est possible d’utiliser la même carte gratuitement pour circuler sur le réseau STM de Montréal (après un an d’ancienneté) !